Découvrez le vrai visage de votre auto-saboteur

 

La stratégie de l’auto-saboteur est très simple, pourtant nous tombons toujours dans le panneau : il souffle au hamster (vous savez, celui qui tourne dans sa roue comme un fou, coincé dans votre tête), des phrases très désagréables sur nous-même, en boucle, du genre : « Tu n’y arriveras jamais ». 

Pourquoi vous vous faites avoir, encore et encore ?

Parce que le hamster arrive à vous convaincre, à vous hypnotiser et même certains hamsters arrivent à vous «attendrir» en paraissant presque gentils :

« Mais tu vois bien que les autres font mieux que toi, pourquoi essayer ? C’est toujours pareil. Tu n’y arriveras jamais crois-moi. Tu es nul, bête et nul. Tu n’y peux rien, c’est comme ça (soupir).

Et puis, avec de l’habitude, on ne se rend plus compte de ces critiques permanentes. Elles sont devenues automatiques…

Pour maîtriser l’auto-saboteur, il faut d’abord le reconnaître, parce qu’il opère très subtilement. Voici quelques clés pour qu’il ne vous échappe plus :

 

 

Les 4 stratégies de l’auto-saboteur

 

1. L’auto-saboteur franchement agressif

il vous insulte quasiment, sans scrupule, c’est le plus pénible mais le plus visible de tous. «Mon pauvre, que tu es ridicule. Tu ne changeras jamais. Et tu voudrais qu’on t’aime ?…» 

Il imite parfois quelqu’un que vous avez connu pour mieux vous entourlouper : votre père, votre mère, la grand-mère, le vieux prof aigri qui vous faisait si peur… Et vous vous retrouvez comme devant ces personnes à croire ce qu’elles disent. 

 

2. L’auto-saboteur hypocrite 

Plus difficile à reconnaître, il vous parle doucement, presque gentiment, mielleux à souhait, mais toujours pour vous empêcher de faire ce que vous désirez. «Ne te fais plus avoir, dis non à cette promotion, que vas-tu faire dans ce pays lointain ? On n’est pas bien là ? Tranquille, pas de responsabilité. Rappelle-toi, chaque fois que tu sors de ta zone de confort, tu es malheureux et fragile. Reste là…» 

 

3. L’auto-saboteur sournois

Lui, il s’amuse à vous ralentir dès que vous avez envie d’agir : il adore poser sur votre chemin des tas d’obstacles : retards à des rendez-vous importants, oubli de vos clés, grippe ou rhume alors que vous aviez votre audition de théâtre… Ce n’est jamais sa faute mais toujours celle des autres. 

 

4. L’auto-saboteur tentateur 

Quand, courageusement, vous décuplez d’efforts pour avancer envers et contre tout, celui-ci vous pousse dans des impasses : alors que vous rêvez d’enregistrer votre premier disque, à quoi vous servent ces formations en massage ? Alors que vous manquez de temps pour écrire votre roman, pourquoi aller boire un pot avec cette amie qui ne parle que d’elle ? Comme le hamster dans sa roue, vous finissez par vous agiter et vous éparpiller, mais sans avancer d’un pouce vers votre objectif.

 

Vous pensez sûrement que vous en débarrasser serait l’idéal, n’est-ce pas ? 
Et bien, NON ! Surtout pas !

 

Vous ne pourrez JAMAIS vous débarrasser de votre auto-saboteur, puisque… c’est vous-même !

Je le sais pour avoir essayé, comme vous, et, vraiment, faites-moi confiance, il vaut mieux éviter, car ça le rend juste plus fort ! 

 

Heureusement, il existe une solution, la SEULE en réalité… Transformer l’auto-saboteur en ami !

 

Illustration : Sylvie Séchet

 

C’est vraiment, vraiment la SEULE solution pour le faire disparaître. 

En fait, s’il est devenu ainsi, c’est parce qu’il se sent rejeté, négligé, ce qui l’a rendu rebelle et agressif. Il est coincé avec vous qui ne l’aimez pas, qui ne VOUS aimez pas, et comme il fait partie de vous, il cherche maladroitement à se rendre important. Il fait son intéressant pour que vous le regardiez.

Il n’attend que d’être à vos côtés, aimé et accepté de vous ! Et une fois main dans la main avec vous même, vous réintégrez cette part de vous que vous avez rejetée.

C’est une loi : tout ce que vous rejetez est projeté au dehors. Tout ce que vous refusez de vous-même reste déparé de vous, ce qui vous rend insatisfait, incomplet, morcelé, d’où la souffrance qui en découle. Cette souffrance est juste un appel : regarde-moi, aime-moi !

(illustration – Sylvie Séchet)

 

Un seul problème derrière TOUT problème, et une seule réponse possible…

 

Le SEUL problème, au fond de TOUT problème est… la séparation.

 

La séparation naît de la peur, du rejet, du jugement. Elle entraîne toutes les actions folles du monde, comme la violence sur autrui, les dépressions, les auto-destructions, les guerres.

Le problème source est bien là : la sensation d’être séparé des autres, de la société, de la famille, du reste du monde, et surtout, de soi-même ! Plus on se sent séparé, plus on rejette au dehors, et la spirale infernale illusoire nous emprisonne tous. Mais la solution n’est évidemment pas au dehors, puisque tel dedans tel dehors; La solution est en soi. 

Donc tant que nous ne choisissons pas l’amour, en commençant par  l’amour pour soi-même, rien n’évoluera, rien ne changera, malgré tous nos efforts. malgré nos méditations et nos formations. C’est juste une question de choix.

L’amour est l’opposé de la séparation. L’amour à l’inverse, unit. C’est pour cela que tous les sages prônent l’amour – inconditionnel, je veux dire. Pas celui qui attend que l’autre nous rende la pareille quand on l’aime. C’est la vibration énergétique la plus élevée et la plus puissante qui existe. L’amour déplace les montagnes !

 

_____________________

 

ACTION : Les 5 étapes pour venir à bout de l’auto-sabotage

 

1- Observez vos pensées assassines

Écoutez ce qui se passe dans votre tête. On les connaît tellement, elles nous collent à la peau, elles font comme partie de nous…. Vérifiez quel type de saboteur vous parle (voir plus haut). Prenez le temps de l’observer, de l’écouter baragouiner ses histoires.

 

2- (facultatif) Transformez la voix de votre auto-saboteur

Donnez-lui une voix idiote, ou rigolote, comme celles d’un dessin animé, ou écoutez le chuchoter. Cette simple observation vous permettra de ne pas vous laisser avoir, de prendre conscience de l’absurdité de ces propos.

 

3- Puis dites-lui très fort – intérieurement-  « STOOOOP »!!!  Ben, quoi, c’est qui le maître ici? 

 

4- Ensuite, changez votre dialogue intérieur :

Parlez-vous comme vous parleriez à quelqu’un que vous adorez. « Je suis avec toi, on va trouver une solution, détends-toi, tout va bien, je vais m’occuper de toi, tu as déjà réussi des tas de choses dans la vie, tu fais toujours de ton mieux, tout va aller, etc… » Si c’est difficile, changez la tête de l’auto-saboteur et placez à la place l’image d’une personne qui vous aime et vous soutient.

 

5- Enfin, respirez en ouvrant votre coeur, main sur le coeur et en souriant !

Souriez en vrai, même pour rien,  parce que le négatif ne résiste pas au sourire. C’est si drôle finalement, ces pensées ridicules ! En plus, le sourire détend les mâchoires, décrispe, et aide à se détacher du négatif. Alors souriez à vous-même !

 

__________________

 

Alors oui, c’est un effort au départ. Ou plutôt une envie, une aspiration, un désir profond de s’apprécier. Bien sûr, il faut du temps pour que le cheval qui a depuis toujours tourné en rond dans son manège prenne un nouveau chemin. Il faut tenir les rêne, fermement, lui parler avec amour pour le rassurer. Jour après jour. Et peu à peu, vous parler avec amour deviendra automatique. Et la vie vous le rendra, avec des situations étonnantes, des synchronicités miraculeuses.

Illustration de Sylvie Séchet. Troooop mignon, non? 

Mon dernier conseil… 

C’est le matin, alors que nous sommes encore embrumés, que les automatismes reviennent sans nous laisser le temps de réagir (l’auto-saboteur le sait bien, il en profite !). Votre première pensée du matin est le diapason de votre journée.

Alors yeux fermés, ressentez que vous êtes en sécurité dans votre vie et souriez en vrai, tout de suite, en répétant cette phrase ou une autre qui vous semble plus adaptée. « Aujourd’hui, en tant que Maître Souverain, je décide d’ouvrir grand mon Coeur, en rayonnant Sa lumière sur moi-même et sur toute personne que je rencontrerai. » Ou mieux, dites-vous « coeur » ou « lumière » en boucle. Et visualisez la lumière dans votre coeur qui rayonne et s’ouvre.

Bref, ne laissez surtout pas le hamster s’installer dans sa roue dès le réveil ! C’est vous le maître !

 

Et si, finalement, l’auto-saboteur n’avait jamais existé?

Oui, ce n’est que votre croyance en son existence qui l’avait rendu réel ! 

Car vous allez le remarquer : au bout d’un moment, quand vous arrêterez de vous juger ou de vous critiquer, quand vous aurez cessé vos pilotages automatiques, vous comprendrez finalement que l’auto-saboteur n’existait pas ! Ce sera comme une révélation. En fait, il n’a jamais existé, sauf dans votre croyance qu’il existait. C’était une pure illusion. Un peu comme un hologramme qui montre un ennemi qui semble réel et contre lequel on lutte. Si vous éteignez le projecteur, le film n’existe plus.

Alors, pourquoi toutes ces étapes pour en venir à bout?

Les étapes permettent de ne pas créer de résistance, e s’habituer à l’idée que l’auto-saboteur n’existe pas vraiment. Les croyances sont tellement implantées que les effacer d’un revers de la main ne marche pas toujours. Le mental croit à l’illusion d’un auto-saboteur. Allez-y pas à pas pour ne pas renforcer la croyance avec des situations extérieures qui viendraient la confirmer.

D’abord vous aurez à changer l’image illusoire de l’ennemi, pour en faire un ami. Mais ensuite, l’ami aussi disparaît. Lui aussi est une illusion. II ne sera pas besoin bientôt d’essayer d’aimer qui que ce soit. Tout naturellement, l’amour sera là, car c’est notre état naturel. Pas besoin de se forcer à aimer qui que ce soit, même pas soi-même.

Un jour, il ne restera que vous, complet, entier, une expression miraculeuse de la vie. Et la vie ne vous demande absolument rien. Vous êtes aimé tel que vous êtes.

 

Article tiré de mon livre « Cap vers la confiance », éditions Trédaniel. Retrouvez dans ce livre les 21 étapes pour trouver la confiance en vous. 

Abonnez-vous à ma newsletter !

Et ne manquez aucun article

Vous êtes bien inscrit !