Le cheval est un animal est d’une aide précieuse pour les humains : que ce soit pour labourer ou pour porter des charges ou pour servir de véhicule, le cheval est d’une vitalité et d’une résistance impressionnante. Il évoque donc ma force vitale, ma puissance motrice, ma motivation, ma capacité à aller loin,. Il est aussi l’image de mon côté sauvage si c’est une cheval sauvage, de mon besoin instinctif de liberté. Parfois il peut être l’image de mon énergie sexuelle. 

Est-ce que je sais le diriger? Se trouve-t-il au bon endroit ? Quel est son comportement? Est-il en bonne santé et bien traité? Est-ce qu’il rue dans les brancards? Est-il doux et conciliant ou rebelle et sauvage?

(+) Il représente ma volonté, mon enthousiasme, ma force vitale, ma capacité à aller de l’avant en sautant les obstacles. Il évoque aussi la liberté, la passion, la joie. Quand j’ai les rênes, je sais gérer mes pulsions, les brider de manière juste, je peux me diriger avec fermeté et maîtrise mais avec bienveillance.

(-) Je bride trop ou pas assez mes instincts, ma volonté, ma liberté et mes envies d’espace. Je me laisse emporter, je suis impulsif, je peux ruer dans les brancards. Je n’ai aucun contrôle sur mes besoins et mon énergie vitale. Ou au contraire je ne me permets aucune liberté, je m’entrave trop.

___________

Rêve de Fanny : Dans un  pré, un cheval, assis sur un canapé, embête les vaches qui broutent !

Fanny a un très bon travail, son mari aussi, avec trois enfants adorables. Leur vie de famille est harmonieuse, le confort est là. Or, depuis quelques temps, Fanny ,ne trouve plus de sens à ce qu’elle fait. Elle rêve d’aventures, mais comme sa vie est très confortable, elle n’ose pas réaliser son rêve : quitter son poste actuel et voyager en famille.

Le rêve est très clair ! Elle doit partir, gambader, retrouver la liberté, c’est son essence d’être. Certes, les vaches qui broutent dans le pré sont aussi des représentations de Fanny : c’est elle quand elle ne bouge pas de son champ et se contente de son confort. Ce serait tout à a fait bien (les vaches sont des animaux merveilleux) si ce n’est que le cheval les embête : son cheval intérieur, sa passion sa vitalité, son envie de voyager… Il  s’ennuie, il n’a rien à faire assis sur un canapé, c’est incohérent ! Il doit retrouver sa liberté au lieu de remettre en cause « les vaches ». D’ailleurs, sa frustration, et sa perte de sens rendent Fanny désagréable, à fleur de peau, critique et tatillonne avec les autres et avec elle-même.

Quelques semaines après ce rêve, Fanny et son mari ont décidé de partir pour un an de tour du monde en famille : elle a démissionné, son mari aussi, ils ont vendu leur maison, les enfants ont été déscolarisés, et les voilà avec leur sac à dos en route pour l’aventure  ! Ils sont partis non pas un an, mais deux ans, visitant le monde au gré de leurs envies. Fabuleux cheval, non?