Elle est arrivée dans mon cabinet, élégante, souriante, à l’aise. Une fois assise, je lui ai demandé ce qui l’amenait à me consulter. Elle m’a dit : « je manque de confiance en moi. Je suis avocate et j’ai toujours la peur au ventre avant une audience. » Ce n’était pas la première fois que je recevais une avocate qui me parlait de son manque de confiance en elle. J’avais aussi reçu un juge, le directeur général d’une grande organisation humanitaire internationale, et bien d’autres personnes souffrant de ce même état. Pourtant, rien ne transparaissait.

Le manque de confiance en soi, visible ou pas, est le problème le plus fréquemment évoqué durant les consultations. S’il n’est pas toujours la cause principale de la consultation, il est presque toujours sous-jacent à la plupart des autres problèmes.

 

Et vous?

Vous arrive-t-il de manquer de confiance en vous ? Parfois, souvent ? Est-ce visible ou invisible ? Est-ce que vous manquez de confiance dans des situations spécifiques, dans certains domaines de votre vie, quand vous êtes en relation avec les autres, ou bien tout seul ? Peut-être qu’en raison de ce manque de confiance en vous, vous sentez-vous inadapté à votre environnement, décalé par rapport aux autres ? 

Le manque de confiance en soi génère une  frustration immense, teintée d’impuissance et de colère, tristesse, procrastination : vous désirez tant agir, réaliser vos envies et vos rêves, mais voilà, vous n’osez pas. Ou alors, vos actions sont limitées, toujours en de-ça de vos possibilités réelles, et ce, malgré vos efforts.

Quand le manque de confiance en soi devient handicapant, quand il vous empêche de savourer la vie, de réaliser vos objectifs, vos rêves,   alors oui, il est  temps d’agir, car ce n’est pas une fatalité, ni un trait de votre personnalité. Et c’est même un tremplin merveilleux pour retrouver votre vraie nature.

 

 

« Je manque de confiance en moi » : FAUX !

 

Il est important de vous rendre compte que le manque de confiance en vous est né d’une croyance, construite suite à une situation vécue dans votre passé. Cette situation a pu se répéter, ou elle a pu être unique mais suffisamment marquante pour vous installer dans la croyance que vous n’êtes pas capable, ou que vous ne savez pas faire ou que vous valez moins que les autres.

Des parents critiques, un professeur dévalorisant, un employeur perfectionniste et intransigeant, un compagnon ou une compagne insatisfait.e, un examen universitaire raté, la faillite de votre entreprise, une séparation, ont pu ancrer en vous cette croyance. « Je ne suis pas intelligent, je ne suis pas un entrepreneur, je n’ai aucun charme, je ne sais pas parler en public, je suis timide, je ne suis pas légitime »… La guirlande des « je ne suis pas assez… » ou  « je suis trop cela »… peut être infiniment longue.

Et c’est PARCE QUE vous avez collectionné les phrases négatives sur vous, ou cru que ce que d’autres ont projeté sur vous, que VOUS AVEZ FINI PAR incarner cette identité. Mais ce n’st qu’un rôle, as votre vrai vous-même !

POURTANT…

vous avez aussi connu des moments où vous aviez confiance en vous ? Des situations où vous avez géré des problèmes, dépassé des défis, réalisé vos aspirations, osé vous lancer? Même si ces moments remontent à votre enfance, ils existent en vous. Il y a aussi ces moments de sérénité, de complétude, ou de détente absolue. Eh bien, basez-vous sur ces moments là pour vous définir et ne dites plus jamais ; « je n’ai jamais eu confiance en moi.  »

 

Vous avez la personnalité que vous croyez avoir !

 

Non, vous n’êtes pas cette personne qui manque de confiance en elle !

Je le répète, c’est un rôle, non votre véritable identité. Vous n’êtes ni vos pensées, ni vos croyances, mais vous vous comportez comme si vos croyances étaient des vérités. On vous a dit que vous ayez ceci ou cela, et comme vous avez cru en ces phrases, vous avez rejoué ce personnage qu’on a projeté sur vous. Ou bien vous avez échoué à un examen oral avec jury, et vous croyez qu’en raison de cet «échec», vous êtes timide, incapable de parler en public. Alors vous « répétez » votre rôle avant toute prestation, ruminant sur votre comportement passé, vous préparant à le rejouer encore et encore. L’imagination est extraordinaire : elle permet de créer se réalité, Car le cerveau ne fait aucune différence entre ce que vous imaginez et la réalité.

Vous vous piégez dans vos films négatifs pensant qu’ils sont vrais. Si vous changez de films, vous pourrez changer votre réalité.

 

Pour vous aider à redevenir qui vous êtes vraiment, j’ai écrit « Cap vers la confiance ». Ludique, facile, et pratique, je l’ai construit comme un voyage en bateau, ponctué de 21 escales, qui vous amèneront progressivement à dépasser votre manque de confiance et vous replaceront à la barre de votre bateau.

Surtout, vous découvrirez que le manque de confiance en vous est un tremplin formidable pour évoluer vers toujours plus de conscience et retrouver la connexion avec qui vous êtes vraiment.

 

 

Les trois clés pour surmonter

le manque de confiance en vous

 

Aujourd’hui, j’aimerais partager trois clés parmi d’autres que j’ai exposées dans mon livre : elles sont la base pour commencer à dépasser votre manque de confiance en vous. Je vous conseille de les appliquer dès aujourd’hui, car un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas, disait le grand sage Lao Tseu. Et puisque demain n’arrive jamais, donc c’est aujourd’hui ou jamais !

 


CLÉ 1 : SOYEZ VOTRE MEILLEUR AMI

 

Soyez votre meilleur ami, parlez vous AVEC BIENVEILLANCE !

N’en rajoutez pas en vous critiquant, ou en vous dévalorisant ! Imaginez : votre meilleur ami a bafouillé durant son entretien professionnel. Il est devant vous, dépité, déçu, malheureux, honteux, et vous, vous lui dites : « Tu es trop nul, tu vois, je te l’avais dit, tu es incapable, c’est toujours pareil, tu n’y arriveras jamais, c’est comme la dernière fois quand…  »

 

STOOOOP !!!!

Ces phrases assassines que vous vous répétez en boucle sont justement celles qui génèrent votre manque de confiance en vous. Vous ne vous rendez pas compte des conséquences désastreuses sur vous-même. Que ressentirait votre meilleur ami si vous lui parliez ainsi?

Soit il ne voudrait plus agir et baissera probablement les bras (procrastination), ou il pleurerait et se sentirait délaissé et angoissé (repli sur soi), soit il se rebellerait (auto-sabotage)…

Faites de vous-même votre meilleur ami, et vous verrez que la confiance en vous reviendra peu à peu. Dites-moi, auriez-vous confiance en quelqu’un que vous n’aimez pas?

 

ACTION 1

Apprenez à vous apprécier, à vous soutenir, bref, à vous aimer, en vous parlant avec bienveillance. 5 minutes par jour au moins, matin et soir et surtout quand vous manquez de confiance en vous ! Et si vous n’y arrivez pas, imaginez que vous parlez à votre meilleur ami. Que lui diriez-vous pour l’encourager?

 


CLÉ 2 : ADOPTEZ LA POSTURE DE CONFIANCE

 

J’explique en détail cette posture dans mon livre.

C’est très simple : vous adoptez une posture qui pour vous est synonyme de confiance, durant deux minutes au moins. Et miracle, votre état émotionnel et vos pensées vont s’aligner à cette posture. C’est une psychologue américaine, Amy Cuddy, qui a mis en lumière ce phénomène. Vous pouvez retrouver ses recherches dans son livre « Montrez-leur qui vous êtes » aux éditions Poche Marabout.

 

ACTION 2

Debout ou assis, élargissez-vous, agrandissez-vous, tête haute, regard droit. Et souriez !

Tenez cette posture chaque matin, avant chaque situation qui vous rend anxieux, le matin au réveil, tous les jours. Habituez-vous à marcher ainsi, dynamique, joyeux, jouez comme un acteur le rôle d’une personne ultra confiante, et vous verrez que votre regard sur vous-même changera et que vous pourrez gérer plus facilement vos émotions. Respirez aussi !

 


CLÉ 3 : UTILISEZ l’IMAGINATION, UN OUTIL CRÉATIF MERVEILLEUX

 

 

En même temps que vous tenez cette posture, imaginez-vous en action.

Je vous l’ai dit, le cerveau ne fait pas de différence entre ce que vous imaginez et la réalité. Donc, en vous souvenant des moments de votre vie où vous aviez confiance en vous, vous créerez de nouveaux comportements qui viendront remplacer ceux qui ne vous conviennent pas.

 

 

ACTION 3

Prenez le temps de vous rappeler de TOUS les moments où vous étiez confiant, serein, détendu, joyeux, enthousiaste. Pensez aussi à des petites actions. Surtout, ressentez les émotions intensément, les sensations physiques. Que pensiez-vous à ce moment-là ? Revivez-les intensément comme si c’était réel.

Puis dans la foulée, imaginez-vous réussir un objectif qui vous tient à coeur avec cette même attitude de confiance. Imaginez précisément : sensations physiques, émotions, Vous l’avez réussi. Vous avez osé demander votre promotion, vous avez parlé en public et on vous applaudit. Vous avez appelé cette personne qui vous plaît et l’avez invitée à boire un pot, vous avez dit ce que vous pensiez à cette collègue si critique envers vous… Que se pase-t-il alors en vous?

Respirez.

Conseil : Refaites cet exercice chaque jour et vous aurez de belles surprises très bientôt. Avec une musique stimulante, c’est encore plus efficace. Et puis en journée, pensez à marché dans cette posture, tête droite, le torse ouvert, agrandissez-vous, élargissez-vous. Jouez comme un enfant, la vie est jeu, il n’y  a pas d’enjeu, pas d’échec, juste des expériences. Redevenez l’aventurier que vous êtes vraiment.

 

Pour aller plus loin avec l’imagination active, vous trouverez de nombreux exercices en fonction de vos objectifs, dans mon livre « 50 exercices de visualisation guidée « .

 

 

Maintenant, si vous en avez envie, je vous invite à embarquer avec moi dans l’aventure « Cap vers la confiance, 21 escales pour renforcer l’estime de soi », avec les très belles illustrations de Sylvie Séchet dont vous avez eu un aperçu ici.

Votre bateau vous attend, capitaine !

 

Vous désirez prendre rendez-vous avec moi ? 0672167707

 

Abonnez-vous à ma newsletter !

Et ne manquez aucun article

Vous êtes bien inscrit !