Avant de vous confier à moi

Je me mets à votre place. Parler de vous en toute transparence, oser pleurer, montrer vos fragilités, vos peurs, révéler vos pensées les plus secrètes, face à une inconnue, oui, ce peut être vraiment difficile. Or, la réussite d’une thérapie passe d’abord par la relation entre deux êtres, une relation de confiance mutuelle, même si un seul est au centre de l’attention. 

Alors, avant de vous confier à moi, à mois de me confier à vous…

Tout a commencé avec mes rêves

Tout a commencé avec mes rêves

 

Je suis née rêveuse 

… une de celle qui se lève le matin avec une dizaine de rêves et qui se souvient de chacun. Il faut dire que mon environnement familial s’y prêtait bien : de terribles cauchemars, surtout, et aussi de beaux rêves lucides, et des rêves prémonitoires et télépathiques. J’ai compris très jeune qu’ils étaient ma boussole intérieure, reflets de mon monde intérieur et de ce que je vivais au dehors.

Alors je me suis mise à les noter très tôt, cherchant à décoder leur langage dès mon adolescence,

Rêveuse la nuit, rêveuse le jour…

… je lisais tout le temps : sur les rêves, bien sûr, et aussi sur tous les sujets concernant la psychologie et le développement personnel. (Carl Gustav Jung et Marie Louise von Franz entre autres), récits de voyage (Alexandra David Neel et Marco Polo me fascinaient), romans de tous genres, biographies, ouvrages sur les civilisations passées, essais métaphysiques et ésotériques. Bref, les livres envahissaient mes jours comme les rêves mes nuits.

J’écrivais aussi mes histoires, et je rêvais éveillée à des horizons lointains.

 

De l’Occident à l’Orient

Suivre mon coeur et mes rêves plutôt que la raison.

J’ai hésité entre la psychologie et l’histoire. Finalement, j’ai étudié l’égyptologie (comme les symboles de mes rêves, je voulais absolument comprendre les hiéroglyphes), l’histoire de l’art antique et asiatique, la musique, la langue vietnamienne aux Langues’0, et les civilisations d’Asie.

« Pour faire quoi après ? », me demandait-on souvent. Je ne savais pas : j’allais là où j’étais attirée. Je l’avoue aussi, entrer dans la vie « active » me terrifiait.

Mais malgré les peurs et les angoisses de mon enfance, ma timidité, je me sentais poussée paradoxalement à toujours sortir de ma zone de confort.

Retour aux sources

Quand ma grand-mère vietnamienne m’a demandé de l’accompagner à Hanoi pour revoir sa famille qu’elle venait de recontacter après 40 ans de séparation, j’ai dit oui. Quelle drôle de sensation de me trouver dans un pays inconnu mais qui me semblait plus familier que le mien. Ensuite, je suis partie étudier à Saigon. Conquise,  je suis restée six ans, travaillant comme coordinatrice des projets audiovisuels au Consulat. Le retour en France ne faisait plus partie de mes projets. Je sillonnais les terres du Vietnam et d’Asie avec délectation.

Et il y eut Sao Mai. Changement de cap.

L’aventure océanique

L’odyssée de Sao Mai

SAO MAI OU ÉTOILE DU MATIN,  ma jonque vietnamienne, est amarrée sur la rivière de Saigon. Nous la préparons pour le grand départ. Deux ans de construction, deux ans de galère pour obtenir les autorisations de naviguer car personne n’y croyait, mais nous voilà enfin prêts.

Michaël le capitaine trace la route vers le Cambodge, je range les courses dans ma nouvelle maison, et nos deux amis posent leur sac à bord. Je n’ai jamais navigué, j’ai peur de me noyer, peur du mal de mer, des pirates. L’inconnu face à nous. Mais je pars.

Nous avons affronté des tempêtes, connu deux démâtages, patienté dans des calmes plats, effectué 40 escales, avec autant de co-équipiers qui se sont relayés entre Saigon et Saint Malo.

 

 J’AI APPRIS la vie en collectivité, la solidarité, le manque de confort, les longues semaines de traversée sans voir terre, J’ai suivi la course des étoiles, j’ai eu peur de mourir. Notre vie s’organisait autour de la météo, des vents et les courants, au rythme des quarts, des apéros sur le pont, avec pour plafond le ciel infini. 

J’AI RÊVÉ. Tous ces moments d’intériorisation, à rêver et méditer à la barre de mon bateau en regardant l’immensité, en écoutant le souffle des dauphins, m’ont appris la contemplation, l’humilité, la patience. Qui sommes-nous face à la puissance de la Nature? Et moi, qui étais-je vraiment, finalement? 

J’AI PRIS LE TEMPS d’explorer les grandes questions existentielles qui m’habitaient depuis toujours. La réponse était sous mes yeux, et dans mes rêves, que je continuais à noter au milieu de mon carnet de bord.

 __________

De cette expédition restent deux livres et un film documentaire : De Saigon à Saint-Malo, Vision de la jonque Sao Mai, co-écrit avec Michaël Pitiot, éditions Transboréal, 2000 / Pour les yeux d’une jonqueco-écrit avec Michaël Pitiot, éditions Glénat, 2001 /Documentaire 52’, L’odyssée de Sao Mai, réalisé par Michaël Pitiot et Jean-Philippe Pons-Malartre, production Gédéon, 2001 /Émission télévisée en direct, 45′, Direct 8, Aventure 8, 2005

 

Le voyage intérieur

MAL DE TERRE. Poser son sac à terre, débarquer… Premiers moments d’excitation, de retrouvailles, redécouverte de mon pays comme s’il était inconnu. Et puis, le manque. Comment ne plus imaginer dormir à la belle étoile sur le dos de Sao Mai ? Comment me réadapter au rythme d’une vie « normale », sans le chant du vent dans les haubans ou le clapotis de l’eau contre la coque?

À MA NOSTALGIE du Vietnam et des océans, s’ajouta une succession d’épreuves qui furent autant raz de marée, dont, entre autre, ma séparation de mon compagnon après la naissance de notre fils, le décès brutal de mon père et peu après celui de mon adorable grande soeur autiste… Aussi, je devais retrouver du travail et surtout, me réadapter à une vie qui m’était devenue totalement étrangère. 

Imprévisibles normalement, je connaissais par avance ces événements grâce à mes rêves prémonitoires. 

Véritable boussole et mentors, les rêves me donnaient aussi des conseils chaque nuit comme ma boussole  pour ne pas perdre  ma route..

ET PUIS… les tempêtes intérieures ont disparu, la brume s’est éloignée. Je me « reconstruisais », différente d’avant, et je m’investissais dans le rôle de maman. J’étais plus forte et confiante, comme un vieux loup de mer qui a essuyé de nombreuses tempêtes. Aidée par mes rêves et d’autres approches (que j’utilise aujourd’hui en tant que thérapeute), je me lançais vers un nouveau cap : comprendre que l’extraordinaire se cache dans l’ordinaire, de déceler les trésors derrière les événements anodins de chaque instant, maintenir mon alignement, tout en suivant le chemin de mes rêves et retransmettre ce que j’avais appris et expérimenté.

MON NOUVEAU CAP était au dedans, en moi, non plus au dehors.

Il était temps de faire face à mes angoisses récurrentes, à me libérer du passé dépassé. Je rêvais presque chaque nuit de Sao Mai, reflet de mon voyage initiatique intérieur, symbole de ma nouvelle traversée, la fameuse « nuit noire de l’âme ». Je pensais à Ulysse et à son retour si difficile. Athéna le protégeait, moi ce furent encore mes rêves.

Ils me conseillaient, me montraient le problème, leurs causes et leurs solutions. Ils m’ont amenée à reprendre la barre de ma vie, à m’aimer telle que j’étais – clé de toute transformation profonde ! –  et à élever mon fils né peu de temps après mon retour en France. 

J’AI ALORS COMPRIS !

Ma vie, qui me semblait si peu logique, pour moi qui naviguais à vue en suivant mes intuitions et mes rêves, éparpillée en apparence et souvent perdue, avait du sens. Chaque expérience, même la plus anodine, a sa place dans l’ensemble du tableau, tout est juste. Je peux relier les événements vécus et comprendre en quoi j’en ai été la créatrice, pourquoi ils ont eu lieu. Mes voyages multidimensionnels dans Des états de conscience modifiés, en plus de mes rêves, m’ont donné toutes les réponses.

 

Chaque pièce de ma vie, chaque rêve prenait enfin sa place dans un ensemble cohérent. 

Vous accompagner 

JE SAIS QUE dans les moments difficiles, sans le recul ou l’expérience, combien il est difficile de trouver la sortie, d’entrevoir la solution et les réponses à nos problèmes.

POUR AVOIR parcouru un certain chemin, je peux maintenant vous guider sur le vôtre, vous sortir des ornières, vous aider à libérer ce qui vous encombre encore, et vous éviter de vous perdre trop longtemps en route. 

Oui, je le sais maintenant.

Tout est possible et tout commence dans nos pensées et nos rêves.

Retransmettre

 

 

 

 

 

Mes parutions

en savoir plus

 

Mes interventions radio 

  • ÉMISSION MENSUELLE à la radio/TV BTLV dans laquelle j’ai interprété les rêves des auditeurs durant 5 ans : Vous pouvez écouter le podcast de ma dernière émission sur BTLV sur ma chaîne You Tube. ET DEPUIS 2020, l’émission a repris sur BTLV, toujours chaque mois. 
  • Europe 1, « Que nous cachent nos rêves », 2013
  • Fréquence Evasion,  « La clé du mystère », 23 mars 2017
  • BTLV, animé par Yves Carra “On est là pour vous”, 23 sept 2015, « De la dualité à l’unité avec les méthodes PEAT », avec Danielle Soleillant

 

Mes conférences

 

 

 

 

 

Association Les curieuses, 2015, Paris

Association Ames qui vivent, 2016 à l’espace 104, Paris

INREES, Festival de l’extraordinaire : « La nuit : des rêves aux rituels chamaniques », 2018, Paris

AFPTB (Association Francophone des Psychopraticiens en Thérapies Brèves), 2016, Paris

Mes formations

 

 

 

Découvrez le monde fabuleux des rêves 

Le cours comprend plus de 70 vidéos de 15 minutes maximum pour un apprentissage confortable, des enregistrements de méditation guidée à télécharger, des fiches pratiques, une centaine de rêves interprétés, et des exercices pour vous entraîner. Et si vous désirez devenir un guide-interprète de rêves professionnel, inscrivez-vous à la certification.

Abonnez-vous à ma newsletter !

Et ne manquez aucun article

Vous êtes bien inscrit !